Dimanche, 4h du mat, le réveil sonne. Je sais pas comment j'arrive à m'infliger de tels supplices. Mais ca en vaut le coup, avec Hélène on monte l'Imbabura, un volcan pas très haut somme toute, à 4800 mètres. On commence à marcher vers 6h du mat, le ciel étoilé et les lumières de la ville d'Ibarra au loin. Au loin quelques montagnes se détachent sur un fond de ciel rosé.

imbabura

On monte, on monte comme d'hab, sans s'arrêter on est parti de 3200 mètres. De prés verdoyants le paysage se change en paramo d'herbes jaunes.

imbabura1

Le soleil parfois fait une timide apparition.

imbabura2

Notre guide laisse pas de répit, il trotte presque! Il est indigène et bosse pour une agence de tourisme communautaire. Il nous explique que le lac qu'on voit en bas, s'appelle en Kichua lac de sang, parce que les espagnols ont tué à cet endroit des centaines d'indiens et que l'eau était devenue rouge sang.

Une éclaircie nous laisse entrevoir le volcan Cayambe, tout enneigé juste en face.

cayambe



On monte on monte jusqu'à arriver à un point de vue saisissant sur la vallé et sur le volcan Imbabura et  son cratère:imbabura4

Un vent incroyable super fort.  Le guide nous dit qu'on va pas pouvoir monter au sommet trop dangereux avec ce vent. On attend quand meme un peu pour voir si le vent se calme mais c'est tout le contraire et en 10 minutes on meurt de froid à attendre et on commence à redescendre.

Dommage il manquait pas grand chose, une petite heure de marche.


imbabura3